1

tuto | installation et gestion de gfs2

Article publiée le 24 Août 2013

 

Un système de fichier clusterisé permet le partage d’une partition sur plusieurs machines.

Les avantages d’un tel système de ficher sont nombreux:

– Montage d’un fs sur plusieurs machines différentes

– Performances grandements améliorées

– Gestion de grandes quantités de données

– Meilleur gestion des volumes contenant énormément de petits fichiers

– Bonne gestion des gros fichiers

– Possibilité de gérer des quotas

 

Ayant testé et même vu le fonctionnement de plusieurs FS clusterisé je dois dire que le système de fichier GFS2 est le plus simple à mettre en place.

Ma philosophie en tant qu’admin système est de mettre en place les solutions les plus économiques, les plus faciles et les plus performantes.

GFS2 (conçu par Red Hat) répond à ces trois critères.

Le tutoriel ci-dessous vous donne la marche à suivre pour mettre en place GFS2.

GFS2 étant un produit de RED HAT, ce tutoriel sera exclusivement effectué via 2 machines CentOS 6.4.

Avant de commencer ce tutoriel assurez vous que votre SAN soit correctement paramétré et vos FS montés.

Assurez vous également que votre serveur DNS est correctement configuré pour résoudre les noms des machines.

Si vous ne disposez pas de serveur DNS administrable, renseignez correctement vos fichiers hosts (/etc/hosts).

Installons les paquets requis:

yum install cman gfs2-utils kmod-dlm modcluster ricci luci cluster-snmp iscsi_initiator-utils openais oddjobs rgmanager

 

1) Creation Cluster

Commençons par créer un cluster de machine:

Je vous assure cela sera très simple avec l’interface d’administration Web de Luci!

Tout d’abord démarrons tous les service nécessaire au cluster:

Sur votre node 1 (considéré comme le « Master »):

– chkconfig luci on && service luci start

Changez ensuite le mot de passe  Unix de Luci:

passwd luci

 

Sur tout les nodes:

– chkconfig ricci on && service ricci start

– chkconfig gfs2 on &&  service gfs2 start

– chkconfig cman on  && service cman start

 

Maintenant connectez vous à l’interface Web de Luci:

https://<ip de votre node 1>:8084

Luci est une interface graphique permettant de configurer les  fichiers de configuration /etc/cluster/cluster.conf des différents nœuds et de gérer tous les services de clustering.

Entrez vos login root pour accéder à l’interface d’administration:

 

Cliquez sur Create pour créer votre cluster et remplissez les informations. Ajoutez tout vos nœuds sauf celui qui héberge luci qui lui sera ajouté d’office:

 

 Encore une fois vérifiez que votre DNS ou votre fichier hosts soient parfaitement configurés!

Cliquez sur Create Cluster une fois tout vos nœuds saisies.

Si tout se passe bien vous devriez avoir un écran ressemblant à la capture ci-dessous:

Ça y’est votre Cluster est créé et opérationnel!

 

 2) Création partition GFS2

D’abord on crée le FS, pour cela exécutez la commande suivante sur un de vos noeuds:

mkfs.gfs2 -p lock_dlm -t <nom du cluster>:gfs2 -j 8 <chemin de votre volume San>

Exemple:

 

Une fois ceci terminée il ne reste plus qu’à monter la partition sur tout vos nœuds:

mount -o acl -t gfs2 <chemin de votre volume> <votre point de montage>

Exemple:

mount -o acl -t gfs2 /dev/sdb /mnt/testgfs2/

Voila votre Cluster GFS2 est opérationnel!

Pour faire les choses bien jusqu’au bout n’oubliez pas d’éditez le fstab!

Exemple:

vi /etc/fstab:

/dev/sdb        /mnt/testgfs2       gfs2   defaults,acl    0

 3) Quelque commande bien utile

Pour monter une partition gfs2 avec le système de quota actif:

gfs2_quota limit -u user -l size <point de montage>

Pour fixer un quota:

gfs2_quota warn -u user -l size <point de montage>

Pour afficher le quota d’un user

gfs2_quota get -u user

Pour afficher le quota d’un volume

gfs2_quota list -f <point de montage>

Pour réparer votre fs gfs2 corrompus:

gfs2_fsck /dev/my_vg/my_gfs

Pour conclure GFS2 est le système de fichier idéal si vous avez besoin d’un partage pouvant gérer un grand nombre de fichier ou une masse importante de données tout en gardant d’excellentes performances.




tutoriel | Connecter un client Linux à un iscsi target

Publiée le 20 Aout 2013

Petit tuto qui vous expliquera comment faire pour connecter un volume ISCSI disponible depuis votre baie ou de votre serveur iscsi sur votre client Linux.

Ce tutoriel sera adapté pour les distribs RedHat/Centos/Fedora et Ubuntu/Debian

 

– Dans un premier temps installez open-iscsi

apt-get install open-iscsi (pour debian/Ubuntu) ou yum iscsi-initiator-utils (pour RedHat/Centos/Fedora)

– Lancer la commande suivante pour détecter les target iscsi.

iscsiadm –mode discovery –type sendtargets –portal <adresse de votre serveur iscsi>

Si tous se passe bien, la commande vous renverra l’ip de votre serveur iscsi avec l’IQN.

Exemple:

– Il ne reste plus qu’à connecter votre volume ISCSI, pour cela lancez la commande suivante:

iscsiadm –mode node –targetname <votre IQN>  \ –portal <ip de votre serveur iscsi> –login

Exemple:

Il ne vous reste plus qu’à checker que votre volume soit reconnu par l’OS avec un petit fdisk -l

– Pour déconnecter votre volume proprement, utilisez la commande suivante:

iscsiadm –mode node –targetname <votre IQN>  \ –portal <ip de votre serveur iscsi> –logout

 

 

 


 

 




Surveiller votre système avec Nmon

Article publié le 13 Aout 2013

Mis à jour le 14 Aout 2013

Un bon admin système est un admin qui sait ce qui  se passe sur son système à tout moment. Qui peut savoir en 10 secondes montre à la main les causes d’une éventuelle perte de performances ou autre petites « joyeuseries » 😉

La plupart des outils utilisés sont top, htop, iotop, iostat et j’en passe…

Pourtant un petit outil très similaire à Glance (pour HP-UX) existe:  Nmon

Disponible dans les dépôts officiels de debian un petit « apt-get install nmon » suffira ou fedora via un yum install nmon.

Pour les utilisateurs de Red-Hat/Centos, je vous invite à télécharger les sources directement sur le site du développeur:

http://nmon.sourceforge.net/pmwiki.php

Cet outil vous fournira un état complet de l’état de votre système (CPU, mémoire, disque, IO, network IO, etc, etc etc…)

Pas besoin de vous expliquer comment cet outil fonctionne car celui ci est extrêmement intuitif comme vous pourrez le constater sur la capture d’écran ci dessous:

 

Enjoy 🙂




[tutoriel] Installation et configuration | OpenFiler

Article publiée le 10 Aout 2013

Mise à jour le 22 Mars 2016

 

OpenFiler est pour moi une petite merveille de l’OpenSource. Il vous permet de monter votre SAN en deux temps trois mouvements. Pour moi c’est la solution idéal pour les TPE/PME ayant peu de moyen.

Cette solution très fiable pourra même faire le bonheur d’entreprises plus grosses avec de gros moyen IT.

De plus il est possible de souscrire à un support ou d’acheter des Upgrade pour adapter votre solution de stockage à la virtualisation (optimisation des I/O) ou au support Fibre Channel.

Le site officiel d’OpenFiler: http://www.openfiler.com/

Ce tutoriel vous fournira la procédure d’installation et de configuration pour avoir un SAN iSCSI fonctionnel.

Téléchargez l’ISO d’open Filer via ce lien: http://www.openfiler.com/community/download

Pour ce tutoriel j’ai utilisé la version 2.99 (la plus récente)

 1) Installation

Prérequis:

Machine avec au minimum 512MB de ram et 2 disques dur (ou volume RAID).

Un disque sera réservé pour le système et l’autre pour les Datas

 

 Si vous avez l’habitude des installation d’OS Linux vous pouvez passez le chapitre « installation » de ce tutoriel

 

* Bootez sur l’ISO et appuyer sur entrer:

 

* Après le chargement du noyau vous arrivez sur cette écran:

 

Cliquez sur « next »

Choisissez la configuration de votre clavier et cliquez sur « next »

Cliquez sur Yes pour que l’installateur formate vos disques.

Vous pouvez ici partitionner vos disques.  Dans mon cas je vais laisser l’installateur gérer le partitionnement des mes 2 disques. Cliquez sur « next » et confirmez en cliquant sur le bouton Yes de la boite de dialogue qui apparaîtra.

Cliquez sur édit et procédez à la configuration réseau:

Cliquez sur OK et procédez au paramétrage IP de votre passerelle et de votre serveur DNS puis cliquez sur « next »

Sélectionnez ici votre fuseau horaire puis cliquez sur Next.

A l’écran suivant il vous sera demander de définir le mot de passe. Après l’avoir fais cliquez sur « Next »

Un dernier écran de confirmation apparaîtra alors, cliquez sur next.

Ca y’est votre OS s’installe!

Cliquez sur le bouton « reboot » une fois l’installation terminée.

 

2) Configuration de votre SAN

Une fois votre OS chargé un écran de ce type apparait:

Vous pouvez décidez de vous loguer sur le Shell de l’openFiler, chose que je vous déconseille car tout est déjà correctement paramétré!

Relevez l’URL de la Web Administration GUI et rentrez la dans votre navigateur.

Validez le certificat de sécurité non validé pour arriver à l’écran de Login:

Open filer possède 2 interface d’administration:

– La première est accessible en entrant vos identifiant UNIX (c’est à dire root/<votre mot de passe root>). Une interface  vous permettra uniquement de choisir la langue,gérer les quotas ainsi que les comptes utilisateurs de la deuxième interface.

– La deuxième interface est accessible en entrant les mots de passe par défaut de la WebGui d’open filer (openfiler/password). Celle ci vous permettra de paramétrer votre SAN.

 

 

*Pour commencer nous allons nous connecter sur la 1er interface pour mettre la langue en Francais (certain me diront merci ;-))

Une fois votre langue sélectionnée cliquez sur submit puis sur « logout » (en haut à droite).

 

* Maintenant loguez vous avec les identifiants par défaut d’openfiler pour commencer à paramétrer votre SAN.

Rappel des identifiants: login : openfiler

mot de passe : password

 

Voici l’interface d’openfiler. Franchement c’est un vrai plaisir!!!

Je vais maintenant faire un exemple de création de volume SAN avec des volumes iscsi

Les personnes expertes en stockage qui liront ce tuto ne seront pas dépaysées!

Tous d’abord créons un volume Physique, pour cela cliquez sur le bouton « Volume » puis sur le lien « create new physical volume »

 

Vous devriez avoir l’écran ci-dessous s’afficher:

Je vous déconseille fortement d’utilisez le disque système pour vous en servir comme disque de stockage (performance oblige!)

Cliquez sur le lien /dev/<disk> dans la 1er colonne à gauche correspondant à votre disque.

Créez votre partition puis cliquez sur « create ».

Cliquez sur l’onglet volume en haut pour revenir à l’écran de gestion des volumes:

 

C’est exactement le même système que les LVM.

Nous allons maintenant créer un volume Group composé d’un ou plusieurs disques physiques.

Cochez le ou les disques sans oublier d’indiquer un nom à votre volume group puis cliquez sur le bouton « Add Volume Group ».

 

– Nous allons maintenant activer le service ISCSI. Pour cela cliquez sur l’onglet « service ».

C’est ici que vous trouverez tous les services supportés par OpenFiler. Dans notre cas nous allons activer le service « iSCSI Initiator » et iSCSI Target ». Pour cela Cliquez sur « Enable » pour l’activer et « start » pour le démarrer.

Notez que vous avez également le service NFS de disponible si vous voulez créer un partage tous simple accessible depuis plusieurs machines.

Une fois les services démarrés cliquez sur l’onglet share.

Cliquez sur « Create a new filesystem volume »

Renseignez le nom de votre volume ainsi l’espace que vous voulez lui allouer et cliquez sur « create ».

Attention si vos Volume utilise le protocole ISCSI selectionnez « block » dans le menu déroulant « filesystem »

Cliquez sur l’onglet volume.

Ca y’est votre volume est pret! Vous pouvez augmenter ou diminuer sa taille à chaud. La gestion de Snapshots est également gérée par openfiler!

Cliquez sur edit puis sur iscsi target à droite de l’écran.

Cliquez sur le bouton add pour ajouter un « target iqn » qui vous sera indispensable pour connecter votre volume.

Cliquez sur map pour mapper votre Lun

Cliquez ensuite sur « update » en bas de la page.

Ça y’est votre SAN est opérationnel!!